Comment résister à la comparaison sociale sur les réseaux sociaux?

Comparaison-reseaux-sociaux-selfie
09 Juil 2021 par Le CIEL (Centre pour l'Intelligence émotionnelle en Ligne)
Catégories : MSN / Psycho / Véro-Article
Icon

La comparaison sur les réseaux sociaux est réelle. Comment faire pour changer ce comportement nocif?

Par Emmanuelle Parent pour Le Centre pour l’intelligence émotionnelle en ligne (Le CIEL)

ciel-centre-intelligence-emotionnelleVous êtes assise dans votre sofa, vous écoutez la télé en grignotant et saisissez votre téléphone. Sur Instagram, les chances que vous soyez exposée à une réalité comme la vôtre sont faibles : la tendance est d’afficher le meilleur côté de soi.

Sur votre fil, les photos qui se succèdent affichent un collègue qui revient d’une course, des amies qui trinquent au jeudredi, une influenceuse qui fait une sortie au spa. Vous pourriez vous réjouir pour toutes ces personnes, mais un pincement au cœur signale plutôt de l’envie.

Entre images rehaussées de votre entourage et publications soignées des entreprises et personnalités connues, les réseaux sociaux offrent plusieurs opportunités de se comparer aux autres. Comment éviter que ce sentiment n’envahisse nos instants en ligne?

C’est normal de se comparer

La comparaison exprime le besoin d’évaluer ses opinions, son identité, ses compétences ou ses émotions à celles des autres dans le but de mieux se comprendre, même de s’inspirer. Reconnaître ses forces, faiblesses et traits de personnalité parmi son cercle social est sain, mais lorsque la comparaison sert à se diminuer vis-à-vis les autres, son effet devient nocif pour l’estime personnelle.

Les gens qui passent le plus de temps de manière passive sur les réseaux sociaux vivraient plus d’impacts négatifs sur leur bien-être. Une utilisation passive signifie regarder les publications défiler plutôt qu’être active (comme publier, sauvegarder des images, envoyer des publications à ses proches ou discuter en messagerie privée). Plus vous êtes exposée à des contenus qui vous semblent parfaits, plus vous risquez de poser un regard plus sévère sur votre situation. Ainsi, une première solution est de limiter le temps à observer les autres pour adopter une utilisation plus active.

Bien sûr, nos vulnérabilités individuelles entrent en jeu. Peut-être que les publications de bikini ne vous touchent aucunement, mais que vous vous comparez aux recettes de votre cousine qui partage de fabuleux repas en story. Questionnez-vous : quel type de contenu est le plus susceptible de vous toucher? Vous pouvez envisager de vous désabonner ou de restreindre un compte pour ne plus voir certains contenus.

Renverser la vapeur

Sur les réseaux sociaux comme dans la vie en face à face, la norme est de se présenter sous un beau jour. Il est important de prendre conscience que ce qu’on voit en ligne est une représentation infidèle de la réalité et qu’on ne peut pas supposer qu’un individu est plus heureux à partir de quelques moments partagés, soigneusement sélectionnés pour les réseaux sociaux.

Et même si une personne est totalement épanouie et l’affiche aux autres, est-ce que son succès devrait remettre en question votre mode de vie pour autant? Pas du tout. Une habitude à travailler est de remplacer son sentiment d’envie pour de l’empathie et de la joie pour les personnes qui témoignent être heureuses.

Au long terme, plutôt que se concentrer à éviter la comparaison, cultiver nos sources personnelles de plaisir et de valorisation contribuera à augmenter notre satisfaction. Adopter des pratiques saines se reflétera sur votre usage des réseaux sociaux pour le mieux.

À lire aussi : 

Photo principale : Fabio Formaggio / EyeEm Getty Images

 



Catégories : MSN / Psycho / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine