Comment trouver l’amour après 50 ans?

trouver-lamour-après-50-ans1
18 Sep 2019 par Chantal Tellier
Catégories : Psycho
Icon

Existe-t-il une façon miraculeuse de trouver l’âme sœur après 50 ans? Non, pas plus qu’à 30 ans, même si la situation est un peu différente. Voici tout de même un tour d’horizon de quelques moyens pour se lancer à sa recherche.

Après 50 ans, notre réseau social rétrécit, la majorité de notre entourage est en couple depuis longtemps, et une certaine frilosité envers la nouveauté s’installe (on est tellement bien sur la causeuse à regarder des séries en rafales sur Netflix…). Voilà autant de raisons qui font qu’il est sans plus un peu plus difficile de rencontrer l’homme de sa vie (ou de plusieurs nuits) quand on est «séniors».

(Parlant de séniors, qui a inventé cette expression, je vous le demande? Si on est séniors à 50 ans, à 80 ans, on est quoi? Des séniors âgées? Des passées date? Des croulantes? Pfff!)

Les rencontres en ligne

Vous avez déjà essayé les allées d’épicerie et les soupers d’amis. Ça n’a pas marché. On s’en doutait, hein. Si c’était aussi facile, les sites et les applis de rencontre ne pulluleraient pas. En 2015, l’industrie des rencontres en ligne a généré au Canada près de 153 millions de dollars de revenus selon IBISWorld, une firme spécialisée dans l’analyse de marchés. La bonne nouvelle? Plus de la moitié des utilisateurs canadiens de sites de rencontre ont entre 30 et 64 ans.1

Il ne sert à rien donc de se limiter aux sites dédiés aux séniors, comme SilverSingles, ce site où pas une femme sur les photos n’a de cheveux gris, mais où tous les hommes arborent une pilosité argentée… (OK, je suis de mauvaise foi. Je sais bien que la plupart des femmes se colorent les cheveux et pas les hommes.)

Mais si vous vous sentez plus à l’aise sur une plateforme où vous trouverez des gens de votre âge, foncez! L’important, c’est de se lancer. Il existe d’autres sites ou applis de ce genre, notamment: SeniorMatch (où on peut dater jusqu’à 99 ans!), OurTime, et Lumen, un nouveau joueur.

Sinon, vous pouvez opter pour des applis ou des sites plus généraux. Après tout, un des conseils qui reviennent le plus souvent quand il est question de dating, c’est de faire preuve d’ouverture sur tous les plans, dont celui de l’âge. Si vous avez 50 ans, vous pouvez aussi bien connecter avec quelqu’un de 38 qu’avec quelqu’un de 62 ans. Les grands classiques? Réseau Contact, EliteSingles, Match.com

Le fameux Tinder

On le croit réservé aux jeunes. Oui, ils y sont nombreux, mais il y a de la place pour tout le monde! On le croit aussi réservé aux histoires d’un soir. Oui, il y en a beaucoup, mais pas que. Comme le dit une amie, «aucune appli ne marche quand t’es rigide et bourrée de préjugés… Tinder est simple, direct, basé sur l’attrait mutuel.» Vlan! «Ça ouvre tout un monde de possibilités», me disait un autre ami, lui aussi cinquantenaire, et dont Tinder a été le terrain de jeux pendant quelques mois. «Ça permet de rencontrer toutes sortes de gens, d’avoir des conversations intéressantes, et la facilité d’utilisation est un plus.» Vous pouvez aussi essayer Happn, OkCupid, Bumble

Dans la vraie vie

Bon, les rencontres en ligne, ce n’est pas votre truc? Bonne chance! (Je rigole.)

Il existe tout de même des façons de faire des rencontres IRL (In Real Life). Pensons par exemple aux agences de voyages spécialisées pour les célibataires de 50 ans et plus, aux clubs de marche ou de danse, aux rencontres sportives organisées, aux cours de boxe (en prime, ça fait sortir le méchant!) ou d’escalade, aux cours de dégustations de vins ou aux cours de cuisine pour célibataires, etc.

Quelques autres activités à mettre à votre agenda: sortir dans un café pour lire, faire du bénévolat pour une cause qui vous tient à cœur, aller voir une expo en solo ou mieux, devenir membre VIP d’un musée et assister à des avant-premières, participer à des événements de réseautage…

Si tout ça ne marche pas, il vous reste toujours le retour aux études. C’est effectivement sur les bancs d’école que j’ai rencontré mon chum. Retourner au cégep à 50 ans? Une des meilleures décisions de ma vie. 

 

 

  1. https://www.protegez-vous.ca/argent/sites-rencontre

Lecture suggérée

  • Le dating dans tous ses états – Confidences de deux filles qui n’ont plus 20 ans…, d’Andrée-Anne Guénette et Katleen Busque. Éditions La Semaine, 25 $
  • Ma vie amoureuse de marde, d’Anne-Marie Dupras. Les Éditions de l’Homme, 25 $.


Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine