Dealer avec la fibromyalgie

Femme déprimée
12 Nov 2013 par Chantal Tellier
Catégories : Psycho
Icon

Eh bien, dites donc, ça en prend, du temps, pour prendre soin de soi! Entre la tenue d’un journal alimentaire, le dodo tôt, la méditation et l’exercice tous les jours, on pourrait croire que je n’ai pas le temps d’avoir de mauvaises pensées… Ce n’est pas le cas.

Femme dépriméeJe me sens anxieuse, grognonne. Diminuée. La vie que je mène en ce moment ne me convient manifestement pas. J’ai des choix importants à faire et tant que je n’aurai pas le courage prendre les décisions qui s’imposent, peu importe de quelle façon je tenterai d’être plus heureuse, ça a peu de chances de fonctionner.

Pour dire la vérité, il y a longtemps que je n’ai été aussi déprimée. Un peu ironique à écrire dans un blogue ayant pour titre Projet Bonheur, non? Mais j’avais promis d’être honnête… même si c’est dur pour l’ego.

Voilà le portrait: je travaille l’équivalent de six jours par semaine, et je trouve ça frustrant de ne pas avoir assez d’énergie le week-end pour faire autre chose que de me rouler en boule sur la causeuse avec mes chats et d’écouter des séries DVD non-stop en versant des torrents de larmes! Pas bon, ça. Pas bon du tout. La faute à qui? La faute à la fibromyalgie.

La suite de cet article en page 2.



Catégories : Psycho
6 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Lucie Grenier dit :

    Caroline, bravo tu as la tournure de phrase parfaite pour résumé le traitement idéal. Moi je dis que je m’approche d’une vie monastique, je peu entrer et sortir à mes heures….loll! Invalide depuis 1998. deuil deuil deuil oui mais ces deuils là sont remplacés par autre choses, qu’il énumérer et en parler souvent. Je le sais c’est gênant de plus travailler et de démontrer du positif devant nos travailleurs. A chacun son sucre à la crème.
    Il n’y rien de plus fort qu’une décision. J’ai décidé d’éliminer le stress éliminable, un par un et ceux qui sont éliminer sont comme une larme une fois tombé elle ne revient plus. Et je continue d’éliminer, aussi tôt que je ressent du stress la machine à question se met en marche et je trouve ce que je ferai avec ça, avant même que ça revienne j’annonce mes couleurs. Bien réfléchit parfois ça prend des jours des semaines, mon but est de grandir de prendre ma place, sans jamais heurter les autres (ça marche pas toujours). Ce qui est beau, c’est que d’autre personne m’imite et me demande conseil….loll. J’ai décidé que la maladie j’en parlais qu’au médecins seulement, excellente idée pas le choix de parler d’autre chose. Mais avec une décision comme celle-la, ça devient pénible d’entendre les autres se plaindre. J’ai une réplique de prête, juste avant de perdre patience;  »sais tu moi je ne suis pas spécialisé dans aucune des maladies que tu me parles, tu aurais de bien meilleur conseil si tu confiais tout ça à ton médecin. As tu besoin d’un carnet de notes?  » le plus doucement possible, ça passe avec tout mon amour dans ma voix pour cette personne.
    Ma phrase courte ça sera plus j’élimine de stress, plus je gagne de calme. Il y a le matériel aussi qui est stressant, plus j’ai de matériel, plus j’ai d’entretien à faire et chose à penser. j’ai lu un peu ce soir ZÉRO déchet…………j’y retourne. Merci!

  2. Caroline Tellier dit :

    Vive les vaches, pour nous faire comprendre qu’il faut prendre le temps de vivre.

  3. pascale forest dit :

    Enfin ont en parle de plus en plus ! Moi j’ai la fibro et syndrome de fatigue chronique severe …et invalide depuis 7 ans deja ! Javais un travail passionnant …j’ai du faire beaucoup de deuil depuis, dont celui de ne plus travailler , de pas avoir d’enfant et j’en passe …
    Il a des bons jours et des mauvais …pour le morale aussi ! Quand je suis en « crash » et que je lui alité toute la journée pas evident detre positif …mais j’ai la change detre bien entouré , davoir un conjoint magnifique qui est rendue mon aidant naturel et aussi d’avoir des amis qui ont la maladie ont sencourage beaucoup et ont saide aussi ….car mes amis en santé ben ont pas de temps pour moi alors j’ai des amis malade qui ont du temps pour mecouter . Et une chance que j’ai mon medecin genaraliste qui est vraiment genial! Je continue a me battre car je vais bientot etre marraine de ma soeur , cette petite louanne est ma force de continuer !
    Et j’essaie le plus possible de trouver mes petits bonheurs dans mon quotidien …comme regarder le soleil ou deguster un bon bol de cafe au lait ….et je garde espoir en la medecine!
    Pascale qui continue de se battre !

  4. Lise Grenier dit :

    Hello, Je vais prendre le temps de lire et relire. Cela me touche profondément. Après 15 ans, de triple effort pour fonctionner normalement avec un corps qui disait; stop ! Je ne l’ai pas écouter, il fallait à tout prix continuer, il faut payer les comptes etc… il faut se réaliser etc… Un jour, tu frappes le mur, plutôt le sous-plancher. Puis, tu finis par savoir ce que tu as depuis 15 ans, tu souffres de fibromyalgie, tu sombres davantage. Un matin, tu te lèves et tu choisis. Tu crèves ou tu vis ? Décide-toi ! Si tu vis, agit… Tu découvres un monde inconnu, celui de la maladie invisible, du cas pas cas, symptômes similaires de gravité 1, 2 ou 3… Tu vis la peur de l’inconnu que tu deviens pour toi et pour ton entourage. Je navigue dans ce monde houleux mais, je découvre des femmes extraordinaires et j’appends que j’ai encore à offrir comme personne. Comme tu le dis humilité est au menu du jour et ce jour après jour. J’ai découvert des femmes et quelques hommes qui se battent pour la reconnaissance de leurs droits en tant que malades dans un système par toujours net. Je découvre des femmes brillantes avec une énergie de cœur et non de corps. Elles ouvrent la voie à bien des personnes qui souffrent. Hier, j’ai dîner avec l’une d’elle, quelle belle rencontre. Je ne connais pas mon avenir, il est trop tôt, je ne connais que mon présent actuel. Celui qui a tué une partie de moi avec laquelle j’essaie de renouer. Je dis merci à ces personnes qui ont su me donner une raison de continuer, de trouver une façon d’être même si je dois prendre pause après pause pour faire ma journée, parfois pour fuir le temps aussi. Tant que l’avenir est incertain, cela crée une insécurité, c’est le plus gros du défi actuellement. Vais-je perdre mon emploi ? Vais-je retrouver une certaine capacité pour le travail ? Vais-je perdre mon autonomie financière ? Ces questions demeurent malgré le courant, malgré ma petite implication pour aider les gens qui travaillent fort pour la reconnaissance de la douleur chronique, fibromyalgie. Amener la société à avoir un regard nouveau sur ces maladies dont la fibromyalgie qui est jugée durement par une société de performance. Démystifier l’inconnu, l’invisible et tout ce que cache la misère des bien des québécoises qui se retrouvent dans la pauvreté. Ce qui serait fort probablement mon cas, si je vivais seul. Il y a tellement à faire que la société soit plus douce et aidante pour les leurs…. Merci de ce blog qui apporte sûrement un brin de douceur aux gens qui souffrent de fibromyalgie…

  5. diane lamoureux dit :

    Bonjour. j ai aussi la fibro depuis environ 23 annees. Tu sais il y a 23 ans tu passait pour un malade imaginaire.Alors je sais tres bien de quoi tu parle. J avais des migraines et des mots de tetes tous les jours. Quelques fois je me suis dit je ne pourrais jamais vivre comme ca le reste de mes jours. Une chance j avais mes enfants. Je ne suis pas une personne depressive , ni negative , mais je me suis dit qu un jour avec la science qui avance , il vont trouver un remede c est sur et le miracle est arrive j ai rencontrer un medecin qui connait bien la fibro et qui te crois quand tu lui dit que tu as tres mal partout. J ai fait l essaie deux medicaments et le deuxieme m as enlever mes mots de tete pas a cent pour cent mais c est vivable et la douleur aaussi a diminuer. Ne te decourage pas moi je m etait dit je vais chercher il y a surement quelqu un qui peut m aider. Consulte et reconsulte tu vas finir par trouver ce qui te fais du bien a toi. C est un miracle pour moi d avoir moins mal. Bonne chance.

  6. annie courtecuisse dit :

    Bon , J’avais mis un commentaire , mais je l’ai perdu ! Bienvenue au club des nuls en informatique !
    Bref , pour faire court ! Bravo Chantal pour ta sincérité ! Elle va aider d’autres Personnes en souffrance comme Toi ! Surtout , reste vrai comme tu es , ne change pas ..
    Et puis le coup de vaches qui regardent passer le train ; j’adore !!!!!

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine