Dépoussiérer sa routine

Projet Bonheur:
22 Avr 2014 par Chantal Tellier
Catégories : Psycho
Icon

Changer de travail, c’est aussi changer plein de choses. Certaines façons de faire. Certaines habitudes. Sa routine.

Femme qui nourrit son chatJe suis quelqu’un de routinier. Non, ça ne veut pas dire que je suis plate. Je le précise parce que j’ai longtemps cru qu’aimer la routine faisait de moi une personne ennuyeuse comme la pluie. Alors que plus drôle que moi, y a pas. Enfin, si, le Québec compte quand même quelques humoristes de talent. Mais je digresse. Ce que je veux dire, c’est que je n’ai pas la routine triste. Au contraire.

Je n’ai pas envie de me casser la tête, surtout le matin; c’est pourquoi j’ai besoin d’une routine. Ça me rend heureuse. J’aime les habitudes qui se transforment en rituels. Comme faire mon lit en me levant. Je n’ai même pas à y penser, c’est un automatisme. Non pas que j’apprécie particulièrement faire mon lit, surtout quand deux minounes affamées me tournent autour en miaulant, l’air de dire: «Mais qu’est-ce que c’est que ces priorités à la con? Donne-nous nos croquettes maintenant, tu feras ton lit après, bordel!» (Je traduis, hein, mais je crois bien qu’en gros c’est pas mal ça.)

Rien ne me déprime davantage que d’entrer dans ma chambre et de voir les draps défaits. C’est viscéral. Alors je continue à faire mon lit sous le regard désapprobateur de Salem et d’Artémis. Après, je peux leur accorder toute l’attention qu’elles méritent. (Ou qu’elles croient mériter, ce qui revient au même pour elles.)

Lire La Presse+ en déjeunant et en buvant mon thé est un de mes moments favoris de la journée. Faire la vaisselle après et nettoyer le comptoir n’est sans doute pas l’activité la plus emballante qui soit, mais ça aussi c’est devenu un automatisme. Je déteste voir traîner de la vaisselle sale. Et comme j’habite seule (pardon, avec deux chats), si ce n’est pas moi qui la fais, elle ne se fera pas.

La suite de cet article en page 2.



Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine