À Noël, je prends soin de moi (et je soulage mon anxiété!)

27 Nov 2018 par Véronique Alarie
Catégories : Psycho

Gros plan sur le courant du self-care.

Ces dernières années, le self-care est de tous les comptes Instagram, nous prescrivant à grands coups de mots-clics (#loveyourself, #selfcaresunday, #careyourself, etc.) des bains chauds, des scones maison ou des retraites de yoga restaurateur.

Bref, le mouvement du self-care a le vent en poupe. Et pour cause: selon de récentes études américaines, il contribuerait à soulager l’anxiété, la dépression et le stress. Mais, euh… c’est quoi au juste, le self-care? Ça consiste à prendre soin de soi, d’accord, mais encore? «C’est complexe parce que ça englobe toutes sortes de choses, explique la psychologue Stéphanie Léonard. Ça signifie s’affirmer, mettre ses limites, se faire plaisir et s’aimer comme on est. Mais ça ne s’exprime pas de la même façon pour tout le monde.»

S’auto-analyser

Pour se targuer de pratiquer le self-care, il ne suffit pas de s’offrir un bon chocolat chaud sur le fly de temps à autre. La démarche exige d’abord un exercice d’introspection visant à se connecter à soi. Et à s’aimer. «Après tout, quand on prend soin de quelqu’un d’autre, on se montre empathique et attentif à ses besoins, souligne Stéphanie Léonard. Prendre soin de soi implique la même chose.»

A-t-on besoin de bouger, de se poser, de dire non plus souvent? De recommencer à lire ou d’explorer la méditation pleine conscience? À ses patients qui ne savent pas trop par où commencer, la psychologue recommande de noter chaque soir trois éléments qu’ils ont appréciés au cours de la journée (un échange agréable avec un collègue, une interaction plaisante avec l’éducatrice au service de garde, etc.) afin de prendre l’habitude de «s’arrêter».

Ou encore, à raison d’aussi peu que cinq minutes par jour, Mme Léonard leur suggère de renouer avec une activité qu’ils aimaient pratiquer quand ils étaient jeunes: casse-tête, peinture à numéros, tricot, coloriage… «Les gens se montrent souvent sceptiques de prime abord, dit-elle, mais ce sont de super belles façons de décrocher du tourbillon quotidien. Le seul but, ici, c’est d’accéder à un état agréable. On fixe un rendez-vous avec soi-même – qu’on va intégrer à sa routine – et on l’honore au même titre qu’un rendez-vous chez le médecin.»

Tout le monde y gagne!

Entre la carrière, le conjoint, les enfants et les parents vieillissants, s’accorder ne serait-ce que cinq minutes pour soi chaque jour peut constituer un réel défi. D’autant que, comme le souligne Stéphanie Léonard, «notre société est encore aux prises avec un petit fond judéo-chrétien qui nous incite à tout donner aux autres sans quoi on se sent coupables».

Gardons plutôt en tête qu’en pratiquant le self-care, on gagne une meilleure estime de soi. On devient alors plus calme, plus ouverte, mieux disposée à l’égard des autres… et nos relations interpersonnelles en profitent! Non seulement on améliore notre propre santé physique et mentale, mais on contribue aussi à renforcer celle de notre entourage. Se faire du bien pour le bien commun: voilà qui donne envie de s’y mettre, non?

La face sombre du self-care

Mode oblige, le mouvement du self-care a été récupéré par toute une industrie qui capitalise sur le concept. Résultat: on le présente de plus en plus comme une démarche esthétique, glamour, Instagrammable… de quoi nous faire ressentir encore une fois cette satanée pression à la performance et à la perfection. Se serait-on tiré dans le pied à force de mettre le self-care à l’avant-plan? «On est tellement loin de l’équilibre qu’il est important de continuer d’en parler, estime la psychologue Stéphanie Léonard. Mais gardons en tête qu’il faut miser sur les petits gestes et la simplicité.» Et qu’un petit kit d’entraînement cute mais cher, c’est vraiment facultatif.

À lire aussi:

Que font les stars pour prendre soin d’eux À Noël?

La bibliothérapie: lire des livres pour se soigner

5 règles à suivre pour apprécier le cocooning

Ce reportage est paru dans le magazine Véro de Noël 2018. Abonnez-vous maintenant!

 

Photo: Unsplash



Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine