COVID-19 : Reconnaître l’épuisement professionnel dans un contexte de télétravail

15 Déc 2020 par Lory Zephyr
Catégories : MSN / Psycho / Santé
Icon

La pandémie a forcé les entreprises à s’ajuster à une nouvelle réalité:  le télétravail. La majorité d’entre nous avons troqué le fameux «métro-boulot-dodo» pour le maintenant célèbre «portable sur la table de cuisine – vêtements mous – dodo».

Si ces nouveaux aménagements ont permis, pour plusieurs, un allègement de la routine quotidienne, pour d’autres cela a plutôt contribué à un épuisement professionnel.

 

Qu’est-ce que l’épuisement professionnel?

Même si les mots «épuisement professionnel» ou «burnout» sont couramment entendus autour de nous, il n’existe pas de définition officielle pour décrire cet état psychologique. Toutefois, l’American Psychological Association, le décrit comme étant un épuisement physique, émotionnel ou mental menant à une démotivation, une baisse de performance et une attitude négative face aux autres ou à soi. L’épuisement professionnel survient généralement suite à une longue période intense et stressante au travail. Plus précisément voici des exemples concrets de comportements associés au burnout :

  • Se sentir frustré ou être facilement irritable
  • Être fatigué d’aller travailler
  • Avoir de la difficulté à composer avec les collègues au travail
  • Éprouver moins d’empathie pour les autres
  • Se sentir détaché de ses tâches professionnelles
  • Percevoir son travail ou des éléments de celui-ci comme une source de frustration
  • Trouver son travail peu gratifiant ou avoir l’impression de l’accomplir machinalement

 

Le risque de développer un épuisement professionnel n’est pas absent dans les contextes de télétravail. Entre autres parce que, dans notre société de performance, les heures de travail peuvent rapidement se cumuler à distance et une charge invisible aux yeux des autres peut s’installer. Sans oublier qu’il manque le soutien des collègues. En effet, vivre un pépin au travail et aller ventiler ou rire avec son voisin de bureau peut faire toute la différence… Mais cela peut être plus difficile à vivre si on se retrouve seul dans son sous-sol.

 

Les clés : La prévention et prendre soin de soi

L’épuisement professionnel n’est pas honteux. Ce n’est pas seulement le problème d’un seul individu, mais aussi celui d’une société qui adhère à une culture de travail parfois trop peu équilibrée. La présence d’employeurs trop exigeants ou peu à l’écoute, des objectifs difficilement atteignables, et une structure chaotique ont entre autres menés de nombreux employés vers le burnout. Il est possible que le contexte de travail à distance ne fasse qu’amplifier la situation due à l’isolement.

Voici quelques pistes pour prévenir l’épuisement professionnel et favoriser une santé mentale :

  • S’informer: Trop souvent, certains travailleurs se rendent au bout du rouleau avant d’observer certains changements en eux. Connaître les symptômes de l’épuisement professionnel cités plus haut est une étape utile pour faciliter la demande d’aide en cas de besoin.

 

  • Créer un réseau: Prévoir des rencontres virtuelles avec des collègues aimés ou aller prendre une marche (à 2 mètres!) d’un ex-voisin de bureau peut faire du bien dans les hauts comme dans les bas professionnels.

 

  • Penser l’horaire de travail : Le 9 à 5 habituel peut être agréable sur le lieu physique, mais être totalement épuisant lorsque fait à la maison. Une analyse de ce qui fonctionne le mieux dans un contexte de travail à distance est donc nécessaire. Plus de pauses? S’installer dans une pièce fermée? Travailler devant une fenêtre? Prendre du temps pour de l’exercice physique? Bref, identifier ce qui fonctionne est important!

 

  • Mettre des limites et les respecter: Indiquer à son patron que la charge de travail est trop élevée, désactiver les notifications de courriels à la fin de la journée, et éviter de parler de travail en dehors des heures attitrées ne sont que quelques exemples de limites à réfléchir. Ce n’est pas parce que le travail à distance se passe dans l’environnement familial que les deux doivent être constamment interreliés, c’est même le contraire! Se soucier de ces limites peut faire une grande différence sur l’état psychologique.

 

Même si l’arrivée d’un vaccin approche, le télétravail n’en arrive probablement pas à sa fin. Ces quelques outils pourront donc être utilisés à court et long terme. Alors à go on retourne à ses pantoufles? GO!

 

À lire aussi : 

 

Photo principale : Kinga Cichewicz Unsplash



Catégories : MSN / Psycho / Santé
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine