Erik Guay: «Avec les enfants, mes priorités ont changé»

16 Jan 2019 par Marie-Claude Marsolais
Catégories : Santé / Véro-Article

On a eu la chance de rencontrer l’ancien skieur olympique Érik Guay lors de l’inauguration, en décembre dernier, du nouveau Club Med Les Arcs Panorama en France. On a profité de l’occasion pour parler de sa retraite fraîchement entamée.

Tu avais prévu prendre ta retraite après les finales de la Coupe du monde 2018/2019. Tu as pris tout le monde par surprise en décidant de te retirer du circuit au tout début de la saison. Pourquoi?

En effet, la retraite me trottait dans la tête depuis quelque temps déjà.  Mais la chute de mon coéquipier Manuel Osborne-Paradis pendant un entrainement a précipité les choses. Son accident est survenu juste avant que je prenne le départ et c’est à ce moment que j’ai décidé que c’était fini pour moi. J’avais vu d’autres chutes, je suis moi-même tombé plusieurs fois et j’ai eu des blessures. Mais je ne suis plus prêt à prendre les mêmes risques pour gagner. Avec les enfants, mes priorités ont changé. Après l’entrainement, je suis allé seul dans ma chambre à l’hôtel pour réfléchir une heure. Ensuite, j’étais prêt à l’annoncer à mes proches.

Si tu n’avais pas eu d’enfants, serais-tu encore sur les pentes ?  

C’est difficile à dire… Je me pose aussi plein de questions. Peut-être qu’il y aurait eu autre chose pour me faire changer d’idée. C’est souvent comme une vague: il y a des moments où on se sent super bien, d’autres, où on doute. Normalement je passe à travers mes périodes de doute, mais cette fois-là, non.

Tu as quatre filles, âgées de 1 et 9 ans. La conciliation « sport de haut de niveau- famille » est-elle vraiment possible?

Ma plus grande a neuf ans, ça fait donc plusieurs années que je fais les deux. Tout se passait très bien à la maison. C’est moi qui trouvais cela de plus en plus difficile. Le fait de voyager, d’être parti toute l’année. Je manquais beaucoup d’événements: les anniversaires, Noël, ect..  Je trouvais que c’était de plus en plus lourd de ne pas pouvoir être avec les enfants et ma femme.

Erik Guay, ambassadeur pour Club Med, était à l’inauguration du nouveau Club Med Les Arcs Panorama, dans les Alpes Françaises.

Ta famille est-elle contente de ta décision ?

Mes enfants, mon épouse; tout le monde est content. Ma femme est heureuse parce que je suis à la maison, mais aussi, parce qu’elle ne sera plus stressée de me voir faire mes descentes!

Où te vois-tu dans un an? As-tu des plans précis?  

Honnêtement, je n’ai pas de réponse. Pour l’instant, je veux simplement être à la maison, profiter de l’hiver et de ma famille. Idéalement, j’aimerais un projet qui n’implique pas trop de voyages. Je voudrais rester au Québec, à Tremblant et passer, le plus possible, du temps avec mes enfants. Je veux trouver un métier qui permettra tout ça. J’ai eu des offres, mais je veux prendre mon temps. Je n’ai pas envie de sauter sur la première occasion. J’ai la chance de pouvoir prendre mon temps pour choisir. En ski, quand tu es parmi les dix meilleurs au monde, ça paye très bien. Ça fait 18 ans que je fais ça; j’ai été chanceux et j’ai pu mettre de l’argent de côté.

Et où te vois-tu dans 20 ou 30 ans?

Je me vois à Tremblant, sur une ferme avec mes enfants qui viennent nous visiter, mon épouse et moi. J’imagine que mes enfants vont aller à l’université à l’étranger, aux États-Unis ou en Europe. J’espère voyager pour leur rendre visite,  ou les accueillir à la maison pendant le temps de fêtes. Je me suis toujours dit qu’avoir plusieurs enfants, ça permet d’occuper ton temps lorsque tu vieillis, ça te donne des choses à faire!

À lire aussi:

On a testé l’expérience Club Med CREACTIVE par le Cirque du Soleil

Rose Buddha lance un application pour méditer

Nicole Bordeleau: Prendre le risque d’être soi

3 étirements après-ski

 

 



Catégories : Santé / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine