J’ai testé: la cohérence cardiaque

09 Avr 2019 par Chantal Tellier
Catégories : Santé / Véro-Article
Icon

Je suis une personne stressée dans la vie. Stressée ascendant anxieuse. J'ai donc testé la cohérence cardiaque pendant un mois, histoire de me calmer un peu. Verdict pour l'instant? Anxiolytiques = 1, Cohérence cardiaque = 0.

Née aux États-Unis il y a une vingtaine d’années, la cohérence cardiaque est issue de recherches médicales en neurosciences et en neurocardiologie. Cette technique de respiration a par la suite été popularisée en France et au Québec par le psychanalyste David Servan-Schreiber et le Dr David O’Hare.

Le principe de la cohérence cardiaque est très simple. Si le cerveau influence le cœur (par exemple, quand on a peur, les battements de notre cœur s’accélèrent), alors l’inverse est possible: le cœur peut influencer le cerveau. Une respiration profonde ralentit les battements du cœur, ce qui a pour effet d’apaiser le cerveau. Le cerveau et le cœur entrent ainsi en cohérence.

Pratiquer la cohérence cardiaque entraînerait de nombreux bienfaits: sensation immédiate de bien-être et de calme, réduction du taux de cortisol (hormone de stress), baisse de la tension artérielle, diminution des troubles du sommeil, augmentation du taux de DHEA, aussi appelée hormone de jeunesse…

Trois fois par jour

Cette méthode a de plus l’avantage d’être simple. Il suffit d’inspirer pendant 5 secondes, puis d’expirer pendant 5 secondes, sans interruption, pendant 5 minutes, à raison de trois fois par jour. (N’oubliez pas de respirer durant le reste de la journée, hein.)

Voilà une méthode qui avait tout pour séduire la paresseuse en moi. À peine 15 minutes par jour et aucun effort physique à fournir? J’étais preneuse!

J’ai donc téléchargé l’application RespiRelax+, conçue pour pratiquer la cohérence cardiaque. Il suffit de synchroniser notre respiration sur une bulle qui monte (inspiration) et descend (expiration). Ça semble simple comme ça, mais quand notre respiration habituelle ressemble à celle d’un oiseau-mouche sous amphétamines, inspirer durant 5 longues secondes et expirer durant 5 autres secondes, c’est, euh, challengeant. Essayez, vous m’en donnerez des nouvelles.

Mieux à deux?

Il est conseillé de faire une séance au réveil, une autre à l’heure du lunch et une dernière en fin d’après-midi. La séance du matin était difficile à louper, puisque je m’emparais de mon téléphone dès que le réveil sonnait.

Mais j’oubliais toujours la séance du midi ou celle de fin d’après-midi. J’ai donc programmé trois alarmes par jour. Résultat? Je sursautais chaque fois que l’alarme retentissait. Ça commence mal une séance de cohérence cardiaque quand on a des palpitations! Et comme une fois sur deux j’oubliais mon téléphone dans une autre pièce, c’est mon chum qui faisait le saut. Il était tellement exaspéré que j’ai dû changer la sonnerie, qui l’agressait trop. Il me faisait aussi la gueule quand j’appuyais sur Pause pour faire ma séance au moment le plus dramatique d’un épisode de The Resident ou The Expanse.

Comme il voyait que je persévérais et qu’il trouvait qu’il ne faisait pas preuve d’un grand soutien, il a décidé de se joindre à moi dans mon défi. On s’est assis l’un à côté de l’autre pour une séance. Il a passé les cinq minutes à zyeuter mon application pour savoir combien il restait de temps avant la fin! Inutile de spécifier que ce fut notre seule et unique séance commune.

Il s’est toutefois montré plus coopératif par la suite et a cessé de rouler des yeux chaque fois que mon alarme sonnait. Mais il oubliait au bout d’une minute que j’étais en pleine séance de respiration et il se mettait à me jaser en se demandant pourquoi je ne lui répondais pas…

Montée d’angoisse

Et puis, au moment où j’atteignais enfin ma vitesse de croisière (on était déjà rendu à la moitié du défi!) et où j’aurais pu commencer à ressentir des bénéfices, un de mes chats s’est enfui. À -20 °C! Je peux vous dire que mon niveau de stress a atteint des sommets, ce qui, pour une angoissée chronique comme moi, n’est pas peu dire!

C’est au moment de la disparition du chat que la cohérence cardiaque a pris le bord et que les anxiolytiques ont fait leur apparition. Mon chum et moi avons passé 19 jours à le chercher. Disons que j’ai pas mal hyperventilé durant cette période!

Respirer par le nez

Je suis bien consciente que ce défi ne s’est pas déroulé dans des conditions optimales. Et que c’est la raison pour laquelle les anxiolytiques ont gagné. Je vais donc poursuivre le défi, car je crois sincèrement aux bienfaits de la cohérence cardiaque. Je ferai une petite mise à jour dans un mois. Ça nous donnera davantage l’heure juste.

On a retrouvé le chat (ouf!), ce qui a ramené mon stress à un niveau acceptable. Mais je ne m’en fais pas. Des raisons de me faire du mouron, il y en a des tonnes!


Lectures suggérées 

  • Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, de David Servan-Schreiber (Pocket Évolution)
  • Cohérence cardiaque 365 – 3 fois par jour • 6 fois par minute • 5 minutes, du Dr David O’Hare (Thierry Soucar Éditions)


À lire aussi:

Rose Buddha lance une application pour méditer
5 bonnes raisons de faire du yoga
Nicole Bordeleau: Prendre le risque d’être soi



Catégories : Santé / Véro-Article
1 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Julie dit :

    As tu fait un statut suivant la continuité de ton essai de coherence cardiaque ?

Ajouter un commentaire
vero-18-abonnement

Magazine Véro

S'abonner au magazine