PLANCHER PELVIEN: CE GRAND INCONNU DU CORPS FÉMININ

30 Jan 2020 par Équipe VÉRO
Catégories : Forme / Santé
Icon

Ce n’est que durant leur première grossesse que la majorité des femmes découvrent l’utilité (et l’importance!) du plancher pelvien.

Présenté par

 

Commençons d’abord par démystifier ce grand inconnu du corps de la femme. Jennifer Nwankwo physiothérapeute, massothérapeute et experte en rééducation périnéale et pelvienne (RPP) – aime bien représenter le plancher pelvien (ou périnée) en le comparant à un hamac. «Au même titre qu’un hamac, c’est ce groupe de muscles, de ligaments et de tissus qui supporte les organes pelviens, comme la vessie, l’utérus et le rectum.» Le périnée sert aussi à stabiliser le bassin, afin de maintenir une bonne posture. Ainsi, pour être pleinement efficace, il doit être fort, souple et mobile. «Comme un élastique pour les cheveux, le plancher pelvien est robuste et extensible, afin de pouvoir s’étirer sans se briser», précise Mme Nwankwo, également propriétaire de la clinique Nuvo Physio. Cela dit, l’élasticité de notre périnée nous joue parfois des tours…

30% des femmes de 35 à 50 ans souffrent de fuites urinaires.

Dysfonctions

Plusieurs facteurs peuvent avoir un impact sur le bon fonctionnement du plancher pelvien, dont la grossesse et l’accouchement (les plus fréquents), l’âge, le gain ou la perte de poids rapide, l’alimentation, l’obésité, la toux chronique, la constipation et même la prise de certains médicaments. Par conséquent, si vous ressentez l’un ou l’autre des symptômes énumérés ci-dessous, il est temps de consulter un physiothérapeute spécialisé en rééducation périnéale pour faire le point.

  • Douleurs pendant les relations sexuelles
  • Sensation de lourdeur vaginale
  • Fuites urinaires ou fécales (incontinence)
  • Descente d’organes (prolapsus)

Bien qu’on associe d’emblée l’incontinence aux personnes âgées, la revue scientifique française Le Quotidien du médecin révèle que plus de 30 % des femmes de 35 à 50 ans souffrent de fuites urinaires. Mais comme la gêne et la honte se manifestent souvent chez les personnes concernées, rares sont celles qui osent consulter pour ce genre de problème.

Suivi postnatal

Selon Jennifer Nwankwo, chaque nouvelle maman devrait prendre rendez-vous avec un physiothérapeute spécialisé en rééducation périnéale six semaines après avoir accouché. Et ce, peu importe si elle n’éprouve pas de douleurs, qu’elle n’a pas de fuites urinaires et qu’elle n’a pas subi de prolapsus. Car même si ces symptômes ne se sont pas encore manifestés, il se peut que les répercussions d’un tel traumatisme corporel se développent avec le temps. Ainsi, mieux vaut connaître les bons exercices à pratiquer et, surtout, comment bien les effectuer. «Il est important d’être vu par un spécialiste avant d’entreprendre toute forme d’exercices, dont les fameux exercices de Kegel, qui ne sont pas faciles à exécuter et pas forcément appropriés pour tout le monde. En fait, ce qui fonctionne pour l’une ne fonctionnera pas nécessairement pour l’autre, même si les deux femmes consultent pour le même problème», prévient Mme Nwankwo. L’expert en RPP, lui, pourra évaluer la condition de chaque nouvelle maman et lui enseigner les exercices de renforcement adéquats dans son propre cas. La France est d’ailleurs un exemple à suivre en matière de rééducation périnéale, puisqu’il s’agit du seul pays au monde à prescrire 10 séances de suivi postnatal – remboursées à 100 % – aux femmes qui accouchent. Malheureusement, cette mesure n’est pas encore en vigueur au Québec. «Je crois qu’il y a un grand manque de sensibilisation à propos de la rééducation périnéale au Québec, car plusieurs femmes qui viennent me voir ne savaient même pas qu’un tel traitement existait. Tout part des médecins, en fait. C’est à eux de nous référer leurs patientes si elles ont un problème de cette nature, mais encore faut-il qu’ils soient sensibilisés à notre pratique», précise la physiothérapeute. Et comme tout ce qui entoure la région pelvienne et les fonctions sexuelles demeure tabou, Jennifer Nwankwo croit que le sujet devrait être abordé par le médecin durant la consultation, car bon nombre de patientes n’oseront jamais en parler d’elles-mêmes.

Jamais trop tard

Contrairement à la croyance populaire, il n’est jamais trop tard pour commencer une rééducation périnéale. En vieillissant, les femmes produisent de moins en moins d’hormones, ce qui a pour effet de diminuer l’élasticité et la force du plancher pelvien. Et plusieurs personnes âgées croient à tort que la seule solution à leurs problèmes d’incontinence consiste à porter des serviettes hygiéniques ou des couches pour le reste de leurs jours. Pourtant, un simple rendez-vous chez un spécialiste du plancher pelvien pourrait améliorer grandement le quotidien de ces personnes-là. «Le nombre de fois où j’ai entendu, tant chez les femmes plus âgées que les femmes enceintes, dire que c’est normal d’être incontinente après la grossesse ou rendue à un certain âge… mais c’est faux! Les femmes ont tendance à normaliser ça, mais ce n’est pas normal d’avoir des fuites urinaires, des douleurs pendant les relations sexuelles ou de sentir une lourdeur vaginale à l’effort», insiste la spécialiste en RPP. À titre d’exemple, selon les données de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ), 40 % des femmes de 50 ans et plus présentent des problèmes de descente d’organes (prolapsus), mais seulement 10 à 20 % d’entre elles consultent à ce sujet. Pourtant, il est possible de se réapproprier cette partie de notre anatomie, à condition d’y consacrer quelques efforts et une bonne part de douceur, pour éviter d’aggraver les choses. «On doit être proactive et non passive dans les cas de dysfonctions périnéales. Il faut à tout le moins explorer les différentes avenues pour trouver des solutions», estime Mme Nwankwo. En consultant un professionnel du plancher pelvien, on s’assure de faire les bons exercices pour remuscler cette zone, ce qui contribue aussi au bon fonctionnement de notre système digestif. On fait alors d’une pierre deux coups!

Pour en savoir plus c’est ici.

Psitt!

Dans le prochain numéro du magazine VÉRO, la nutritionniste Julie DesGroseilliers traitera du rôle d’une alimentation équilibrée dans le bon fonctionnement du plancher pelvien.

Apprenez-en plus sur la réhabilitation du plancher pelvien avec les exercices proposés par Jennifer Nwankwo.

Saviez-vous que?

Saviez-vous que les hommes possèdent eux aussi un périnée et un plancher pelvien? Tout comme les femmes, ils peuvent eux aussi souffrir de dysfonctions pelviennes, qui peuvent entraîner de l’incontinence, des douleurs périnéales et des problèmes.



Catégories : Forme / Santé
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine