Thaïlande: conseils pour voyager avec des intolérances alimentaires

11 Mar 2019 par Julie Castonguay
Catégories : Véro-Article / Voyage

Notre collaboratrice séjourne en Thaïlande pour plusieurs mois. Elle nous donne ses conseils pour y voyager lorsqu’on est aux prises avec des intolérances alimentaires.

En voyage, il est parfois difficile de suivre un régime alimentaire à la lettre. Que l’on soit végétarien, végétalien ou que l’on ait des intolérances alimentaires ou des allergies, on ne souhaite pas que nos vacances soient un casse-tête à l’heure des repas. Parfois, les idées préconçues concernant le mode de vie de l’endroit qui nous accueille peuvent aussi nous jouer des tours. Alors qu’avec un minimum de préparation, une grande ouverture et de la souplesse, il est facile de trouver les meilleures options pour simplifier notre séjour.

En Thaïlande, les habitudes alimentaires varient selon les régions. Dans le Nord, la viande fait partie de tous les plats (surtout le porc) tandis qu’au sud, ce sont les poissons et fruits de mer qui sont présentés en abondance. Partout, les kiosques de rue offrent des mets peu coûteux et savoureux. Faits directement sous vos yeux, il vous sera plus facile de voir les ingrédients utilisés et de profiter de ce que le pays a de meilleur à offrir!

Comme ailleurs sur la planète, c’est souvent dans les grandes villes que vous trouverez plus aisément ce que vous cherchez. Voici quelques trucs pour vous débrouiller avec légèreté au pays du sourire, selon une flexitarienne (presque végétarienne) intolérante aux produits laitiers.

Apprendre les mots importants

Le meilleur conseil que l’on puisse donner à un voyageur est d’apprendre quelques mots ou phrases d’usage dans la langue du pays. Pour parler le thaï convenablement, tout est une question de ton! On a beau répéter le mot de différentes façons, on vous comprendra seulement si vous réussissez à tomber sur la bonne tonalité. Il faut souvent persévérer, car vous n’aurez pas le choix, l’anglais est peu compris par plusieurs Thaïlandais.

Heureusement, pour les végétariens, le mot est plutôt facile à prononcer et j’ai toujours réussi à me faire comprendre : « Mang sa wee rat » (man-so-i-lat). Généralement tous les plats peuvent être préparés sans protéine animale. On vous offre donc de remplacer la viande par du tofu ou bien on double tout simplement la portion de légumes.

Puisqu’on retrouve les œufs dans les riz frits, les soupes et les sautés, et que les bouillons sont généralement à base de poulet, en spécifiant que vous êtes végétalien, « jay », on vous dira s’il est possible de vous servir ou non.

Reconnaître le symbole 

Si vous êtes à la recherche d’un mets végétalien, vous remarquerez rapidement le fameux mot écrit en thaï qui ressemble à un « 17 », rouge sur fond jaune, inscrit devant les commerces ou sur certaines denrées alimentaires vendues en épicerie. Également, vous trouverez certains restaurants situés à proximité de temples taoïstes (le symbole est alors écrit en chinois) qui pratiquent une diète encore plus stricte (sans ail ni oignon). La cuisine bouddhique respecte aussi certains préceptes reliés à la religion et comprend l’interdiction de plusieurs autres éléments comme l’alcool par exemple. Une chose est sûre, vous ne retrouverez pas de rehausseur de goût (GMS) dans votre assiette dans ces endroits!

 

Aller faire ses courses dans des supermarchés spécialisés :

À Chiang Mai, vous trouverez plusieurs succursales Rimping. En vous promenant dans les allées, vous y croiserez pratiquement que des expatriés. La raison est simple, beaucoup de produits sont importés et proviennent de pays tels que l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre, l’Australie, la France et les États-Unis. Une belle section est vouée au sans gluten et la boulangerie vend un excellent pain frais de la marque Uppercrust, une entreprise locale. Outre les boissons de soya, tous les autres laits de substitution sont présents sur les tablettes et vous retrouverez dans les frigos les yogourts d’amande et les barres glacées de coco. Vous pourrez aussi trouver vos produits préférés à Bangkok chez Gourmet Market et Village Market, deux autres chaines ayant une belle offre de produits étrangers. Évidemment, les prix sont plus élevés dans ces supermarchés que dans les marchés publics et votre facture ressemblera davantage à ce que vous êtes habitués de payer à la maison.

Cette alternative est à privilégier particulièrement pour ceux qui ont des intolérances ou allergies et qui désirent trouver les produits avec lesquels la confiance est déjà établie. Car autrement, mieux vaut encourager l’achat de produits locaux et vivre l’expérience authentique avec les cultivateurs dans les marchés fermiers. À Chiang Mai, l’agriculture biologique est pratiquée par des organismes tels que Pun Pun et Royal Project. Le premier est un centre d’apprentissage et de développement durable et l’autre a comme objectif d’améliorer la qualité de vie des tribus des montagnes et redonner vie aux forêts et aux ressources en eau. Des noms à retenir si vous voulez supporter ces OSBL, vous trouverez leurs produits dans quelques points de vente à Chiang Mai et autour.

Utiliser une application mobile

Happy Cow est celle que j’utilise partout. Elle a fait ses preuves dans plusieurs pays. Selon les filtres choisis, on vous indique tous les lieux qui conviennent à votre régime alimentaire selon le périmètre que vous choisissez. Que vous cherchiez une boulangerie, un magasin bio, un hôtel ou un restaurant, vous trouverez l’endroit qui sert des options végétariennes, un établissement carrément végane ou même celui qui propose des plats sans gluten. Super bien fait, il est facile de naviguer sur le site et toutes les informations qui s’y trouvent répondront assurément à vos questions. Photos, commentaires et carte interactive vous permettront de faire de bons choix.

Être vigilant

Beaucoup de sautés contiennent de la sauce poisson (Nam Pla) ou la sauce aux huîtres et dans la plupart des caris il y a de la pâte de crevettes. D’ailleurs, de petites crevettes séchées (kung) sont souvent ajoutées au pad thaï et à la salade de papaye sans que ce soit indiqué sur le menu. Assurez-vous de mentionner que vous n’en voulez pas au moment de commander.

 

Si vous êtes intolérants au gluten, vous serez ravi de manger du riz et des vermicelles quotidiennement sans soucis. Pour les personnes atteintes de la maladie coeliaque, puisque les sauces utilisées ne sont pas toujours identifiées, vaut mieux demander, car la sauce soya fait aussi partie de plusieurs recettes.

Les laits de substitution : Il faut savoir que certains endroits n’en proposent tout simplement pas. Mais le soya est celui dont la présence est la plus grande sur le marché. Malheureusement, dans plusieurs cafés, la maitrise du barista en ce qui concerne les laits végétaux est souvent défaillante. Alors si vous ne voulez pas vous retrouver avec une mousse grumeleuse, ne prenez pas de latte. Choisissez plutôt l’espresso, le cold brew ou l’americano, vous vivrez moins de déception!

Voici quelques suggestions de restos testés et approuvés du Nord au Sud qui plairont même aux omnivores.

Pai :

Earth Tone [81, Rural Rd Mae Hong Son 4024, Mae Hi, Mae Hong Son]

Chiang Mai :

V Secret Street Food [Ploen Ruedee Night Market, Chang Klan Rd, Chiang Mai]

Imm Aim [7/3 Santiluk Rd, Tambon Chang Phueak, Amphoe Mueang, Chiang Mai]

Happy Time [Kaeonawarat Rd, Tambon Chang Moi, Amphoe Mueang Chiang Mai]

Bangkok :
May Veggie Home [8/3 Ratchadaphisek Rd, Khwaeng Khlong Toei, Krung Thep MahaNakhon]

Krabi:
Cooper’s [Anana Ecological Resort, 1004 Suan Tu Rian, Amphoe Muang, Krabi]

 

Julie Castonguay collabore au site siegehublot.com

Photos: Julie Castonguay 



Catégories : Véro-Article / Voyage
1 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean-Philippe Proulx dit :

    Excellent article! Très intéressant.

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine