Trois jours Istanbul : nos bons plans

27 Nov 2018 par Marie-Claude Marsolais
Catégories : Voyage

Elle a jadis porté les noms de Byzance et de Constantinople. Site historique important, elle n’a pourtant rien à envier aux grandes capitales modernes. Bienvenue à Istanbul, la métropole aux mille et une personnalités!

Jour 1: marathon d’histoire

Istanbul regorge de lieux historiques, mais le meilleur endroit pour en visiter est le quartier Sultanahmet, où se côtoient plusieurs monuments incontournables, dont la basilique Sainte-Sophie. Construite dans les années 530, son histoire s’arrime avec celle d’Istanbul: elle a été transformée en mosquée lors de la conquête de Constantinople en 1453, puis déclarée «musée» en 1935 par Atatürk, le père de la Turquie moderne. Émotions garanties en admirant sa haute coupole, ses fresques et ses mosaïques majestueuses qui ont réussi à traverser les siècles. Juste en face, la Mosquée bleue, édifiée il y a plus 400 ans, est considérée comme le monument le plus photogénique d’Istanbul. C’est le site parfait pour enrichir notre compte Instagram de photos des centaines d’œuvres de céramique d’Iznik qui ornent ses murs intérieurs. Et tant qu’à être dans les parages, on se rend au palais de Topkapi, où ont habité, entre 1465 et 1853, les familles de plusieurs sultans ottomans et leur harem. Des dizaines de reliques musulmanes majeures s’y trouvent, dont l’empreinte du pied et un poil de la barbe du prophète Mahomet, rien de moins!

BON PLAN Pour se reposer près de ces sites, on va sur la place publique qu’est devenu l’ancien hippodrome de Constantinople, où se déroulaient des courses de chars dès 203 apr. J.-C. Ou encore, on s’empiffre de keftas kebabs et de mezzes turcs dans les nombreux restos des alentours.

 

Jour 2: shopping à la Stambouliote

Jus d’orange et de grenadine frais, épices, café ou céramiques artisanales, les rues d’Istanbul abondent en parfums et en couleurs. Ici, le mot «lèche-vitrine» prend tout son sens. On a littéralement envie de mordre à pleines dents dans les loukoums (confiseries turques) et les baklavas soigneusement empilés dans les étals stambouliotes. En descendant l’avenue Istikla Caddesi, on aperçoit les boutiques Zara, Nike et Sephora voisiner les restos chics et les galeries d’art. Cette artère piétonnière animée mène au quartier de la tour médiévale de Galata, dont la vue au sommet est époustouflante. Si on préfère un type de magasinage plus traditionnel, on traverse le pont Galata pour rejoindre le Grand Bazar et le marché aux épices, deux souks qui datent de l’époque ottomane. Le premier est davantage fréquenté par les touristes à la recherche de pashminas, de verres à thé ou de confiseries. Plus petit mais non moins bondé, le second offre une expérience à la fois olfactive et sonore. Écouter les stambouliotes marchander leurs épices vaut certes le détour!

BON PLAN On ajoute à notre to do list une visite à la mosquée de Soliman le Magnifique. Nichée dans le quartier des bazars, cette majestueuse construction figurant sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco est un des monuments emblématiques de la ville.

Jour 3: pause zen: hammam et bosphore

Après avoir passé deux jours à marcher et à visiter la ville, l’heure est venue de décompresser. On passe donc la matinée dans un hammam – un vrai de vrai! Les bains turcs ne manquent pas à Istanbul, mais les standards d’hygiène varient d’un endroit à l’autre. On choisit donc le nôtre avec précaution. Le plus renommé est l’Ayasofya Hurrem Sultan, aux abords de la basilique Sainte-Sophie. De cet établissement construit au 16e siècle pour la femme d’un sultan, on raconte qu’il était aussi fréquenté par les femmes du harem. On s’y fait dorloter, exfolier, laver et masser dans un décor marbré hallucinant de beauté. Puis, on poursuit notre journée zen près du Bosphore, le détroit qui sépare Istanbul: une rive en Europe, l’autre en Asie. La meilleure façon de profiter de ce cours d’eau est d’opter pour une croisière de quelques heures. Voilà l’occasion de voir la ville sous un angle plus relax et d’observer aussi les sublimes monuments historiques qui longent les rives, dont d’immenses maisons en bois plusieurs fois centenaires.

BON PLAN On se garde du temps pour visiter Ortakoï, le quartier d’où partent la plupart des bateaux. La bouffe de rue, les jolies boutiques, les restos surplombants le fleuve et la magnifique place publique près de la mosquée en font un endroit idéal pour chiller… et se dire qu’on reviendra, promis juré!

Capitale des escales

Au même titre que Reykjavik en Islande, Istanbul fait partie des destinations tendance pour les escales. En route vers l’Asie, l’Europe ou l’Afrique, le nombre de passagers qui transitent par cette ville a explosé au cours des dernières années. À tel point qu’un nouvel aéroport y a été inauguré en octobre dernier. Avec une capacité d’accueil de 200 millions de voyageurs par année, il est devenu le plus grand aéroport du monde.

Bon à savoir: la compagnie Turkish Airlines offre à  ses passagers en escale des tours guidés gratuits des principaux sites historiques, grâce au programme Touristanbul.

À lire aussi:

Top V – 5 activités à faire à Séoul

Voyage en Islande: quoi mettre dans sa valise

Top V pour visiter Lisbonne à petit prix

Photo Basilique Sainte-Sophie, Mosquée bleue, Bosphore: Finn Brother

Photo avenue Istikla Caddesi: Marie-Claude Marsolais

Catégories : Voyage
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine